Aujourd’hui, plus de 100 milliards de vêtements sont vendus dans le monde. La production a doublé entre 2000 et 2014. En France, 600 000 tonnes de vêtements sont mises sur le marché (2,5 milliards de pièces). 210 000 tonnes sont aujourd’hui collectées et triées (soit 9,2kg par personne dont 3,2kg collectés et triés).

On consomme quatre fois plus de vêtement qu’il y a 30 ans. Les rebus textiles pèseraient ainsi 8 millions de tonnes par an, soit l’équivalent de 50 milliards de t-shirt, selon une autre étude menée par la société française RecyTextile.

Aujourd’hui, plusieurs acteurs de la mode sont déterminés à changer les choses, et à révolutionner la manière dont nous achetons et portons nos vêtements. Il y a trois business model de l’occasion différents,  qui proposent des solutions qui constituent un bon « pansement » à court terme, mais qui ne sont pas la solution pour le secteur du textile.

  1. REVENDRE D’OCCASION

Ici, le vêtement est mis en valeur, puis revendu sans modification, ni customisation de la matière. C’est la manière la plus simple de revendre les vêtements dont on ne se sert plus. Les célèbres plateformes Vinted, United Warbode, ou encore Vestiaire Collective, permettront de vendre vos fripes sur internet, tout en utilisant des applications gratuites. Lorsque les enseignes multi-marques proposent des vêtements de seconde main, elles se spécialisent, comme chez Asos Vintage, ou encore sur Urban Outfitters Vintage, où vous trouverez des fripes pour tous les budgets, avec une touche de style unique.

2- LOUER : Consommez moins en optant pour la location de vêtement !

Une véritable innovation par le mode de consommation, louer plutôt qu’acheter. Cela peut paraître étrange à première vue, mais de plus en plus de marque place leur business model au cœur de cette stratégie, comme :

3-RECYCLER LES FIBRES

C’est la méthode qui demande le plus de travail :

  • Recyclage
  • Tri
  • création de nouveaux fils
  • confection

Il existe deux manières de créer un nouveaux fils avec d’anciennes fibres :

  • Mécanique
  • Chimique

Le procédé mécanique : Ici,on extrait la fibre, on la gratte et les fibres sortent. A la fin, il n’y a plus de vêtement, juste des fibres, et ces fibres redeviendront un vêtement. Les propriétés des fibres seront moins bonnes que des fibres neuves, car les fibres sont plus petites. Idéalement, il faut donc mélanger ces fibres recyclées, avec des fibres vierges pour apporter les mêmes propriétés qu’une fibre neuve.

Le procédé chimique : Là, on fait fondre le vêtement pour obtenir le polymère de base. Une fois la pièce fondue, on refait des fils, pour recréer un vêtement.

Dans les deux cas de figure, transformer des fibres recyclées est assez énergivore, mais des possibilités apparaîtront  bientôt afin de moins consommer d’énergie. Sur le marché, il y aura de plus en plus de matières régénérées, et avec des qualités et de propriétés aussi bonnes que les matières neuves.

Voici, pour vous donner des idées,  quelques marques et enseignes qui utilisent des matières recyclées dans leurs collections :

Sources :

  • Timeout for fast fashion, Greenpeace, 2014.
  • Éco tlc, 2016

N’hésitez pas à vous rendre sur ma chaîne youtube où vous trouverez plus de contenu sur les textiles innovants, et les actualités textiles ici : Chaîne Youtube GreenyBirdDress.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.